Df794a72d904ce1206bf38744719eed49c9980d6
A432df68e37332e9e9ec3e7f144b1e5eaa4b4dcc
8a32cdd0d204ad62583cfe10f445b1555d4c8c3e
E06be8735a9d4064114940c26cdb970bd595ba80
Fab21f83ebeaec4d09dda0d6fbc9154e1fc28a2a
1b5e3ee551b350ca4dcfb9967eab90ee0be6e2f0
Fermer
expos

DOVE SONO LE SPPIAGE DE LA TUA FELICITÀ

DOVE SONO LE SPPIAGE DE LA TUA FELICITÀ (2021)
La pratique de Charlotte Vitaioli se saisit de tous les moyens d’expression à sa disposition et bouscule les hiérarchies convenues entre les beaux-arts, les arts décoratifs ou les arts appliqués.

Ses sources iconographiques vont puiser dans une multitude de références, depuis les mythologies à la culture artistique du XIXe siècle, auxquelles elle mêle souvent des images plus immédiatement contemporaines. Elle pratique les savoir-faire traditionnels pour fabriquer des objets, des peintures sur soie, des céramiques comme des tapisseries et peut tout autant s’investir dans des films vidéos ou performances. 

 

À travers un panel de couleurs passées, elle cherche à capturer le sentiment de Saudade, forme de douce tristesse, « une épine douce et amère » dirait Amalia Rodriguez, célèbre chanteuse de Fado portugais. Elle produit des objets rituels, des tapis, des masques, des talismans incarnant des vigies, comme les instruments d’un cérémonial imaginaire célébrant la mélancolie heureuse d’un éternel été indien. 

Publié le 14/10/2021


Mots clés :