Df794a72d904ce1206bf38744719eed49c9980d6
A432df68e37332e9e9ec3e7f144b1e5eaa4b4dcc
8a32cdd0d204ad62583cfe10f445b1555d4c8c3e
E06be8735a9d4064114940c26cdb970bd595ba80
Fab21f83ebeaec4d09dda0d6fbc9154e1fc28a2a
1b5e3ee551b350ca4dcfb9967eab90ee0be6e2f0
Fermer
cinéma

La Reine des Neiges

8f4d2d683a43567d6016ffc0b69f325286b0679b

Elsa, fille aînée du roi et de la reine, vit recluse dans le château pour éviter que le monde ne découvre sa capacité à geler ce qu'elle touche. Lorsque ses parents meurent en mer, elle hérite du titre et du trône. Sa soeur, Anna, qu'elle a soudain cessé de voir pour ne pas la blesser involontairement avec ses pouvoirs, est impatiente de la revoir et de pouvoir à nouveau sortir du château fermé jusque-là. Mais le jour de son couronnement, une dispute avec Anna met Elsa en colère...

Inspiré d'un conte d'Andersen, La Reine des neiges, comme souvent chez Disney, prend un peu ses aises avec le récit original. Sur le fond, rien de bouleversant, comme pour Raiponce, l'animation traditionnelle a été oubliée au profit des images de synthèse, donnant à l'ensemble une apparence un peu plus monotone mais au goût du jour. C'est cependant surtout sur l'ambiance générale que cette histoire d'amour entre deux soeurs déçoit. Très long à se mettre en place, le récit est plombé par des tas de chansons mièvres totalement hors du temps. Outre qu'elles diluent le rythme d'un récit pas très énergique, elles insufflent aussi une niaiserie malvenue dans une histoire qui n'en demandait pas tant, d'autant que le scénario plutôt intelligent misait sur autre chose que l'éternelle histoire de prince charmant sauveur. Pour le reste, entre une légèreté bien distillée et une réalisation efficace, on est en terrain connu. Dommage que le studio aux grandes oreilles ne s'affranchisse pas davantage des vieilles habitudes. Les petites filles adorent, pas sûr que ce soit le cas de tout le monde.

Publié le 03/12/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma