Fermer
théâtre

Sentinelles

Sentinelles (2024)
Après avoir accueilli Othello la saison dernière, nous retrouvons le metteur en scène Jean-François Sivadier avec Sentinelles, un spectacle captivant, à la fois intime et puissant.

Mathis, Swan et Raphaël sont trois amis inséparables qui ne rêvent que d’une chose : devenir de grands pianistes. Jonglant entre le passé et le présent, Jean-François Sivadier nous tient en haleine pour nous guider à travers leurs destins. Il réussit à nous parler de la vie de trois pianistes virtuoses sans qu’il n’y ait aucun piano sur scène. Pas de morceaux joués en direct, pas de musiciens se posant devant leur instrument pour le faire vibrer. Et pourtant la musique vit à travers les corps des trois comédiens, à travers leurs mots, leurs gestes.


L'INTENTION

L’idée de ce travail est née de la lecture, émerveillée, il y a une vingtaine d’années, du roman de Thomas Bernhard, Le Naufragé. Roman construit comme une suite de variations musicales, un immense soliloque, dans lequel l’écrivain interroge les rapports entre trois amis, tous les trois pianistes virtuoses, chacun promis à une brillante carrière de soliste : Wertheimer (celui que Bernhard appelle le naufragé), Glenn Gould et le narrateur lui-même.
Sentinelles est une aventure humaine et artistique où trois êtres à la fois liés et irréconciliables marchent ensemble, sur des chemins différents, et se tiennent, tant bien que mal, en équilibre, dans la confusion de leurs désirs, de leurs sentiments et de leurs démons : l’envie de se détacher du monde ou de lui ressembler, de parler pour lui ou de se taire, la fatigue et la tentation du renoncement, la compromission et le déni, l’ambition et l’orgueil, le rêve de fraternité et la rage de vaincre, l’esprit de compétition, la honte, la culpabilité, l’humiliation, l’indignation, le plaisir et la joie, la peur et le désir de plaire…

Jean-François Sivadier

Publié le 10/01/2024


Mots clés :