Df794a72d904ce1206bf38744719eed49c9980d6
A432df68e37332e9e9ec3e7f144b1e5eaa4b4dcc
8a32cdd0d204ad62583cfe10f445b1555d4c8c3e
E06be8735a9d4064114940c26cdb970bd595ba80
Fab21f83ebeaec4d09dda0d6fbc9154e1fc28a2a
1b5e3ee551b350ca4dcfb9967eab90ee0be6e2f0
Fermer
expos

Nicolas Floc’h Paysages productifs

Nicolas Floc’h Paysages productifs (2021)
Véritable manifeste photographique révélant l’importance d’explorer le milieu sous-marin d’un point de vue artistique, cette exposition de Nicolas Floc’h propose une représentation inédite générant de nouveaux imaginaires.

Les œuvres de Nicolas Floc’h présentes dans la collection du Frac ont régulièrement été prêtées et exposées depuis leur acquisition en 2013. Le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nicolas Floc’h ont poursuivi leur collaboration depuis la résidence de l’artiste à Cassis en 2018, autour de son travail sur le milieu sous-marin.

Avec les écritures productives, les structures productives et les paysages productifs, Nicolas Floc’h construit une recherche liée à la représentation des milieux, leur exploitation et leur transformation qu’ils soient terrestres ou marins, atmosphériques ou polaires. Les interactions entre les écosystèmes, depuis la « machine océan », permettent d’aborder les questions d’habitat, de paysages, de biodiversité, de climat, de productivité, et s’articulent autour de notions simples : habiter, se nourrir, échanger.

À partir de l’exploration des différentes façades maritimes du littoral français, dans leur partie immergée, il révèle les paysages et les met en perspective de manière globale dans différents projets. Initium Maris (2018-2021) permet d’approcher les paysages sous-marins et leur transformation à l’ouest entre Saint-Malo et Saint-Nazaire ainsi qu’au Japon. Couleur de l’eau (2016-2021) nous immerge dans l’océan, l’histoire de l’art et le vivant depuis la Côte-Nord vers plusieurs océans. Au sud, Invisible (2018-2020) nous plonge dans un environnement périurbain en Méditerranée.

L’exposition propose une autre vision du milieu sous-marin. Les images, en lumière naturelle, souvent en noir et blanc, montrent la mer telle qu’elle s’offre au regard et nous immergent dans ses profondeurs jusqu’à l’abstraction. Véritable manifeste photographique révélant l’importance d’explorer le milieu sous-marin d’un point de vue artistique, le travail de Nicolas Floc’h propose une représentation inédite générant de nouveaux imaginaires.

Chronologie du projet : Le soutien à une recherche artistique du Cnap en 2011, l’accompagnement du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2012, celui d’artconnexion depuis 2014, la création du projet BOAT à l’EESAB (2014-2018), l’exposition Glaz au Frac Bretagne et la résidence sur la goélette Tara au Japon en 2017 représentent des étapes importantes dans le processus qui mène Nicolas Floc’h à la mise en place d’un nouveau projet photographique d’envergure sur les années 2016 à 2021. À Cassis, la résidence à la fondation Camargo en 2018, avec le Parc national des Calanques et l’Observatoire des Sciences de l’Univers – Institut Pythéas, permet de rassembler autour de Nicolas Floc’h de nombreux acteurs avec lesquels le projet Invisible devient la première commande publique nationale du ministère de la Culture, sur le milieu sous-marin.

En partenariat avec le Parc national des Calanques, la Fondation Camargo, l’Observatoire des Sciences de l’Univers – Institut Pythéas (Aix-Marseille Université, CNRS, IRD) pour le projet Invisible, avec le soutien du ministère de la Culture, la Préfecture des Bouches-du-Rhône, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Artconnexion, la Fondation de France et la Fondation Daniel et Nina Carasso. En partenariat avec Artconnexion, la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, l’Université du Littoral Côte d’Opale, l’Université de Lille, le CNRS, UMR 8187 - LOG - Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences, le Muséum national d’Histoire naturelle - Concarneau, Ifremer pour les projets Initium Maris et La Couleur de l’eau. Avec le mécénat de Marfret, du Grand Port Maritime de Marseille et de la Société des Amis du Frac.

Publié le 26/04/2021


Mots clés :