01f52a353b2319b1df8d167162e8d8fa48bafa7e
F6a2073602a61a9ecc119322d8f755d668eec1d5
D3c6b2dab937ffa606308804d3693637d82ee1ca
85681905323b805cdde55609ef4e1241a3ea6472
Fermer
théâtre

Montessori

Montessori (2024)
Après avoir monté des textes d’Hannah Arendt dans le spectacle Fragments et d’Albert Camus à l’occasion de l’Année Albert Camus initiée par la Région Sud, Bérengère Warluzel porte au plateau la voix et la pensée de Maria Montessori dans un nouveau spectacle intense et jubilatoire.

Visionnaire, Maria Montessori l’a été, très certainement, et les réflexions de cette femme du début du XXe siècle résonnent si justement aujourd’hui encore. Son incroyable parcours de femme, féministe et moderne, l’a conduite à exercer inlassablement auprès d’enfants démunis, ceux qu’on appelait «les idiots de Montessori», et leur a rendu, peu à peu, leur dignité. L’approche sensorielle et la confiance portée aux enfants sont au cœur de sa pédagogie qui allie ordre et liberté. Elle a voulu comprendre l’enfance pour mieux appréhender la vie. Et ce qui intéresse dans cette expérience théâtrale ce n’est pas tant ces outils pédagogiques que son merveilleux pari sur les promesses de l’enfance. Ainsi, Maria Montessori perturbe, car elle ne se penche pas seulement sur l’enfant mais sur l’humanité dans son ensemble, et nous éclaire sur l’étoffe dont est faite la vie. Seule-en-scène, sous le regard tout en nuances de Charles Berling, Bérengère Warluzel nous fait (re)découvrir cette femme qui a pris le parti de l’amour et de la liberté.

Publié le 20/03/2024


Mots clés :