théâtre

L’Odyssée

L’Odyssée (2019)
Vraiment heureux, Ulysse, d'avoir retrouvé Ithaque ? Blandine Savetier sait que le destin du héros grec, vainqueur de la guerre de Troie, n'est pas de vivre « le reste de son âge » sur son île. Bien au contraire, les Dieux qui, de naufrages en naufrages, ont agité son odyssée méditerranéenne, lui prédisent encore bien des rivages à découvrir.
  • C'est sans doute pour cela que la metteuse en scène concentre sa lecture du poème antique sur le voyage, qu'elle considère comme un « désir toujours renouvelé d'aventures qui transforment les êtres ». Ce processus de métamorphose est au coeur du feuilleton de la 73e édition qui en treize épisodes d'une cinquantaine
    de minutes propose aux spectateurs, à la manière d'une série, l'épopée emplie de suspense d'un héros aussi populaire que mythologique. Le Festival d'Avignon et
    ses partenaires ont souhaité confier l'interprétation de ce texte fondateur aux acteurs du programme Ier Acte et à des citoyens avignonnais, permettant, sous les oliviers
    du jardin Ceccano, d'entendre une grande diversité de voix, à l'image des aventures d'Ulysse.

    Blandine Savetier signe son premier spectacle en 2002, Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon. Deux ans plus tard, elle fonde la compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure. Depuis, elle a mis en scène plus de quinze pièces en s'appuyant sur des textes d'auteurs ou en fabricant un théâtre hybride, constitué de matériaux divers, mêlant les disciplines. Ses pièces, incroyablement incarnées, ont des visées à la fois sociétales et poétiques. Artiste associée au Théâtre national de Strasbourg, elle a travaillé avec les différentes promotions de 1er Acte, programme d'ateliers qui vise à promouvoir une plus grande diversité sur les plateaux de théâtre.

    Dès l'Antiquité grecque, le nom de Homère devient synonyme de poésie épique dans son ensemble. Surnommé «le Poète», sa langue fortement imagée, facile à scander, fascine encore pour ses descriptions flamboyantes.

    Odyssée de Homère, traduction Philippe Jaccottet, est publié aux éditions La Découverte

  • Distribution

    Avec Aline Belibi, Elan Ben Ali, Déborah Lukumuena, Neil-Adam Mohammedi, Yuko Oshima, Julie Pilod, Jordan Rezgui, Souleymane Sylla et des citoyens amateurs de théâtre

    Conception Blandine Savetier
    Texte Homère
    Traduction Philippe Jaccottet
    Montage et dramaturgie Blandine Savetier, Waddah Saab
    Composition, percussions Yuko Oshima
    Assistanat à la mise en scène Julie Pilod

    Production

    Production Festival d'Avignon, Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure, Théâtre national de Strasbourg
    Coproduction Festival Musica (Strasbourg)
    Avec le soutien pour la 73e édition du Festival d'Avignon : Fondation SNCF, mécène du feuilleton du jardin Ceccano depuis cinq ans, SACD
    Avec l'aide de Odéon-Théâtre de l'Europe, les Plateaux sauvages (Paris)
    Avec l'aimable autorisation de Theo Angelopoulos Heirs Association
    En collaboration avec la bibliothèque Ceccano

Publié le 27/05/2019


Mots clés : Festival d'Avignon