A5e07e95369ea377c7a348ed8829f906c2ce8ac0
788b17471f7f89d4b1d355da52ff9848bd852ecb
Fermer
Loisir

Jusqu'ici tout va bien + La Haine

Jusqu'ici tout va bien + La Haine (2021)
Un vernissage, des photos à décrocher et à emporter avec soi, d’autres à contempler autour d’un verre, un livre et des dédicaces, un film culte du cinéma français, à découvrir pour la première fois, ou à revoir une énième fois...

Tout cela, le temps d'une soirée, entre images fixes et grand écran, en présence des artistes, pour un temps - rempli d'amour ! - de rencontres, d’anecdotes et de partage. 

18h30
Jusqu'ici tout va bien
Scénario en mains, Gilles Favier documente le tournage de La Haine, dans la cité de la Noé à Chanteloup-les-Vignes. Loin du traditionnel making-off, il arpente les rues du quartier en s’éloignant de la caméra. Les images qui en résultent ne sont pas un décalque de celles du film. Elles sont aspirées vers un hors-champ dans lequel se révèle la cité, ses habitants et, au milieu de tout ça, le cinéma se faisant. Cette exposition, en redonnant une épaisseur sociale à la fiction, acquiert évidemment une portée politique. En montrant l’attitude des habitants du quartier, les regards portés sur l’équipe de tournage, les grands espaces vides jonchés d’éléments de mise en scène, elle ramène l’œuvre a ses conditions de production. Surtout, elle témoigne d’une époque où les violences policières n’étaient visibles que par leurs stigmates, qui s’affichaient sur les écrans de télé : des visages tuméfiés, des portraits de défunts, des noms récurrents sur des banderoles. Aujourd’hui, les images de ces violences affluent sur les réseaux sociaux et les chaînes d’info en continu. Le problème de la fabrication de ces images, et de leur fonction dans une démocratie se pose avec une acuité plus grande encore. Qu’est-ce qui a changé depuis 25 ans ?

Publié le 13/10/2021


Mots clés :