5f5d6e367a7de0dc9838735d20de4abe8fdedb18
Cac841a9ee26c4a80efc4e508a1b55028a3500a1
19e058f43cfbad77403eca459052c5d3dd79d315
08066a24e6b5c8913f9c588f4bec55905c6a3a23
Fermer
théâtre

Électre des bas-fonds

Électre des bas-fonds (2021)
Créée en 2019 au Théâtre du Soleil, cette vision contemporaine du mythe d’Électre nous immerge dans le monde des bas-fonds. Un monde au sein duquel la musique, le chant et la danse portent haut les chemins d’un théâtre profondément populaire.

Bien sûr, il aurait pu mettre en scène les mots d’Eschyle, d’Euripide ou de Sophocle, auteurs antiques qui ont écrit, à partir du mythe d’Électre, des chefs-d’œuvre de l’histoire du théâtre. Mais Simon Abkarian a préféré revisiter cette histoire de vengeance familiale pour en faire une fable d’aujourd’hui, charnelle et généreuse. Une fable à l’envers dans laquelle, contrairement aux contes rassurants de notre enfance, tout est loin d’être bien qui finit bien. Nous voici dans le quartier le plus pauvre d’Argos. Esclaves, serveuses et prostituées célèbrent comme il se doit la fête des morts. Les meilleurs musiciens sont là : le rock et le blues sont les poumons des réjouissances. La danse, elle, continue là où s’arrêtent les mots. Une vraie fête, donc. Une fête bariolée. Une fête de théâtre qui voit les hommes jouer les femmes, les femmes jouer les hommes. Une fête qui se referme comme un piège sur Clytemnestre et son amant Égisthe. Car à force de prières, Électre a fait revenir Oreste. Ce frère jusque-là exilé va accomplir les voies de son destin. Et de la tragédie.

 

Publié le 19/05/2021


Mots clés :