Fermer
expos

DELPHINE MOGARRA LABORATOIRE SOLUBLE

DELPHINE MOGARRA LABORATOIRE SOLUBLE (2021)
Le projet Laboratoire soluble de Delphine Mogarra s’inscrit en écho au programme Travail ! Travail ! projet pilote d’accompagnement à la professionnalisation. Delphine Mogarra en duo avec Charlotte Morabin a effectué une résidence au sein de l’entreprise Cadentia, fabricant d’Eaux de Cologne à Aubagne.

 L’observation du laboratoire a vu émerger des problématiques liées à la question du miscible dans la création. Les questions se poursuivent personnellement pour l’artiste dans la mise en place d’un laboratoire éphémère d’expériences au sein du centre social Saint Mauront. Il s’agit de questionner, avec le groupe de jeunes, la porosité entre protocole artistique et scientifique.

L’atelier se déplace et les expériences se diffusent, les mélanges entre les matières sont rendus visibles et manipulables : opérer la rencontre entre les poudres, plâtre et liquides, questionner les récipients qui accueillent l’expérimentation et rentrer dans une recherche de symbiose, miscibilité et perméabilité entre les matières et les mots.

Après ce temps flottant que nous avons vécus, le rythme se redessine, les expériences peuvent renaître.

Il sera proposé aux groupes de faire l’expérience du mélange, de porter une attention à la fabrication, d’en décomposer les étapes et d’envisager la création de formes en revenant à un stade proche de la genèse, qui offre un champ de possibles.

 

L’appareil photo se rapproche au plus près et fixe les états en changement. Les photographies et les annotations qui accompagnent chaque expérimentation seront archivées en vue de la création d’une édition qui mettra en avant la poésie quotidienne du laboratoire, entre livre de recettes et partage de l’expérience.
La forme du livre permet de penser la relation entre texte et image, présente dans leprotocole expérimental, comme une matière poétique et vivante. Il laisse une trace du Laboratoire soluble et lui permet de continuer sa diffusion vers d’autres lieux, d’autres lectures.

Publié le 17/03/2021


Mots clés :