expos

Portraits d'une Algérie

6e067a2de3cb66f7e88bb32aa2eb4f6a743b9e64
Il est des coïncidences troublantes. Alors que le pays est à son tour soulevé par des manifestations populaires, l'Institut du Monde Arabe invite jusqu'au mois de juillet à parcourir l'histoire de l'Algérie moderne à travers la photographie.

 

Presque concomittante à la colonisation de l'Algérie, la photographie reste un support privilégie pour aider à dessiner les contours du pays, du peuple et de ses tourments. Au XIXème siècle, c'est d'abord le regard occidental qui fabrique une image de l'Algérie, illustrant les théories occidentales sans d'abord chercher à documenter la vie et la culture locales. Il faudra attendre Jules-Gervais Courtellemont pour découvrir des clichés plus quotidiens mais toujours empreints d'un regard largement fantasmé sur l'univers oriental. Deux femmes vont changer les choses : envoyées en 35-36 dans les Aurès, Germaine Tillion et Thérèse Rivière témoignent de la vie à l'époque et des rendez-vous quotidiens ou plus importants qui la rythme. C'est ensuite rien moins que Pierre Bourdieu qui, au gré de ses recherches, photographie une terre en plein soulèvement dont il livre un témoignage résolument engagé et critique. Ces mêmes années, c'est Marc Garanger, chargé par l'armée de réaliser des portraits qui donne à voir des de femmes littéralement dévoilées et déracinées. Entre les clichés militaires français et les images de Mohamed Kouaci, responsable du service photo du FLN, c'est aussi une guerre des images qui se livre au travers de points de vue bien différents. Marc Riboud témoigne avec son objectif de la liesse qui entoure l'indépendance enfin acquise. Pour Bruno Boudjelal, qui revient dans le pays de son père en 1993, il est surtout question d'une exploration personnelle de laquelle transpire en filigrane le portrait d'un pays encore largement secoué. Pour finir, le travail de Karim Kal, réalisé au début des années 2000 alors que s'éteint une guerre civile douloureuse, se fait plus graphique pour représenter une Algérie qui reste ouverte sur le monde. Une odyssée photographique qui constitue le parfait écho aux évènements récents. Le portrait riche d'un pays complexe que l'exposition met joliment en scène dans les espaces de l'Institut du Monde Arabe.

Publié le 17/04/2019 Auteur : Guillaume B.

 

Photographier l'Algérie

Jusqu'au 13 juillet à l'Institut du Monde Arabe, 9 rue Gabriel Péri à Tourcoing

https://ima-tourcoing.fr


Mots clés : Algerie photographie