Df794a72d904ce1206bf38744719eed49c9980d6
A432df68e37332e9e9ec3e7f144b1e5eaa4b4dcc
Fermer
cinéma

La promesse de l'aube

Bc5930a55b67518e302dce5b6c72b5e9cd325739
De la Pologne misérable du début du XXème siècle à l'Angleterre de la Seconde Guerre Mondiale, la vie de Romain Gary, enfant chéri d'une mère qui a décidé d'en faire quelqu'un de célèbre et de réputé. En dépit d'une vie bien remplie, Gary courra pourtant tout au long de son existence après la reconnaissance d'une mère exigeante qu'aucune femme ne parviendra jamais à égaler.

Du roman fleuve et autobiographique de Gary, Eric Barbier tire un axe fort, celui des destins parallèle d'une mère (fortement incarnée par Charlotte Gainsbourg) et de son fils (nettement moins bien habité par un Pierre Niney plus fiévreux et hagard qu'investi) qui ne croisent jamais vraiment. Mêlant le fanstasme au réel, le fictif aux faits, le film dessine un parcours romanesque empli d'images soignées mais lisses. En creux, c'est la construction croisée entre le parcours d'un fils acharné à ressembler à l'image rêvée par sa mère et celui d'une mère résolue à se battre pour donner à son enfant les clefs d'un destin voulu exceptionnel qui sauve le film d'une boursouflure narrative parfois risible jusqu'à un final consacrant l'inadéquation des deux parcours. Tragédie intime autant que mélo surjoué, l'adaptation d'Eric Barbier ne peut s'empêcher de jouer sur les deux tableaux, trahissant forcément le matériau d'origine, sans parvenir à en rendre l'ample profondeur. Moins d'emphase aurait sans doute été bénéfique.

 

Publié le 22/12/2017 Auteur : Guillaume B.

Adaptation empesée du texte de Gary, le film est sauvé par son final et son actrice plus que par sa construction, sa longueur ou son casting masculin, jamais à la hauteur du rôle.

La promesse de l'aube

Film français de Eric Barbier

Avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon,

Durée : 2h10.