Df794a72d904ce1206bf38744719eed49c9980d6
A432df68e37332e9e9ec3e7f144b1e5eaa4b4dcc
8a32cdd0d204ad62583cfe10f445b1555d4c8c3e
E06be8735a9d4064114940c26cdb970bd595ba80
Fab21f83ebeaec4d09dda0d6fbc9154e1fc28a2a
1b5e3ee551b350ca4dcfb9967eab90ee0be6e2f0
Fermer
cinéma

L'Immortel

325ee522613eec1419caa8aa314b99ce133c20b0

Rangé des affaires, l'ex-truand Charly Mattéi est pourtant sauvagement agressé en plein jour dans un parking souterrain au bord du vieux port de Marseille. 22 balles sont retirées de son corps meurtri, mais, contre toute attente, il survit à cette tentative d'assassinat. Inquiet pour les siens et soucieux de savoir qui a bien pu vouloir attenter à sa vie, Mattéi, d'abord réticent, finit par se lancer dans une enquête parallèle à celle de la police pour retrouver ses bourreaux.

En s'appuyant sur le texte de Franz-Olivier Giesbert et en croisant la route de Jacky Imbert, Richard Berry a trouvé la matière de son nouveau film, à mi-chemin entre une forte volonté de réalisme et et une licence narrative propre à transformer l'ensemble en une grande histoire. Du moins était-ce l'idée. Force est cependant de constater qu'en dépit d'un démarrage plutôt efficace, le film se perd ensuite dans une vague histoire de vendetta sans aucune originalité. Et ni la carrure de Jean Reno en ex-parrain floué et vengeur, ni le regard déterminé de Marina Foïs en femme flic tiraillée entre son devoir et ses émotions, ni la réalisation à l'emporte-pièce de Richard Berry ne parviennent véritablement à donner d'élan au film. Sans bien savoir sur quel pied danser, le réalisateur s'appuie sur les codes du genre sans jamais parvenir à s'en détacher pour se les approprier, et cette histoire de gangsters et de famille s'en ressent fortement. Outre le choix discutable de Kad Merad en gangster parano et quelques facilités de mise en scène, le film s'étire inutilement jusqu'à un final gros comme une sardine marseillaise...

Publié le 23/03/2010 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma