cinéma

Eté 85

10245ead67445c374a24e5033b95fe0f07bf08f6
Alexis attend de savoir ce qu'il va faire de son avenir : poursuivre ses études, ou chercher un premier emploi. Lors d'une sortie en mer, il manque de faire naufrage quand David, un peu plus âgé que lui, vient lui porter secours. Rapidement, une intense amitié naît entre les deux garçons et Alexis accepte pour l'été un petit boulot dans la boutique de David et de sa mère. Alors que la relation entre les deux garçons se fait plus profonde, l'été va prendre une tournure inattendue et dramatique...

 

François Ozon souhaitait depuis longtemps adapter La danse du coucou de Aidan Chambers, découvert en 1985. Dans les pas d'Alex (incarné par le prometteur Félix Lefebvre), sa caméra redonne vie à des années 80 colorées et presque magnifiées par la pellicule au fil d'un récit déconstruit entretenant un mystère un brin factice quant aux évènements dramatiques de ces quelques semaines. Si Ozon illustre avec beaucoup de finesse la relation naissante entre David et Alex sans jamais poser l'homosexualité des garçons comme un enjeu ou un obstacle, le film se perd en circonvolutions inutiles quand au destin judiciaire d'Alex, s'encombre de personnages pas forcément utiles et dilue quelque peu la force de son ouverture et de sa conclusion. Reste le talent du cinéaste pour mêler faits divers et enjeux profonds, comme dans le reste d'une filmographie foisonnante traversée de symboles et de genres extrêmement variés. Outre les deux garçons, le film puise également beaucoup dans les présences discrètes mais intenses d'Isabelle Nanty et Valeria Bruni-Tedeschi dans les rôles des deux mères. Après le puissant Grâce à dieu, cet Eté 85, en dépit de sa capacité à rassembler beaucoup de thèmes fétiches du cinéaste, fait toutefois figure d'opus mineur dans l'oeuvre d'Ozon.

Publié le 14/07/2020 Auteur : Guillaume B.

 

Derrière la recréation d'années 80 colorées, Eté 85 mêle chronique d'une éducation sentimentale et faits divers. Ozon y signe un récit d'apprentissage fort mais parasité par une construction inutilement alambiquée et un suspense superflu.

 

Film français de François Ozon avec Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Valeria Bruni-Tedeschi, Melvil Poupaud, Isabelle Nanty. Durée : 1h40.


Mots clés : romance drame Annees 80