A3c8abc52bb967e4e4f18d2597b1540c7907e9f1
6cdcf7279843ce38975c2d6cae249d72893331f3
61adc72cdee658ea8a5bdf5272b9295c681c1742
95e0e4be1256961f12f09017840f7ceb28d66392
Fermer
théâtre

Des marionnettes et des hommes

084b73f6a524374e1ba4555b17e1424eabac62a4
L’Institut Benjamenta, adaptation de Bérangère Vantusso (membre du collectif d’artistes du Théâtre du Nord) du roman éponyme de Robert Walser va révolutionner votre manière de voir, à la fois l’art des marionnettes et la littérature de langue allemande - Walser était Suisse - d’avant la guerre de 14, celle de Musil, Benjamin, Hesse ou Kafka dont L’Institut Benjamenta était le roman préféré.

Comment et pourquoi une société en arrive t-elle à confondre éducation et dressage ? Il s’agit d’apprendre à ces futurs domestiques à obéir et à servir, mais n’est-ce pas là aussi ce qui fonde une armée ? Il y a d'ailleurs quelque chose de l’esprit de l’esclavage dans la formation du bon petit soldat. A l’Institut Benjamenta, on enseigne la soumission et l’humilité. Le double jeu perpétuel entre les marionnettes hyperréalistes et les comédiens accentue la manipulation et l’abêtissement voulus par un directeur d’institution dont l’armure ne résistera pas aux émotions de la vie éveillées par le jeune Jakob, et qu’il avait jusque là cadenassées. La sœur du directeur aussi, broyée par le désert affectif de sa vie, succombera à ce vent d’humanité que fait souffler Jakob, ce « beau zéro tout rond »,  sur l’Institut Benjamenta.

 

Publié le 06/02/2017 Auteur : Françoise Objois

Jusqu’au 9 février 2017

L'Institut Benjamenta

Théâtre du Nord, Lille. Tél.03.20.14.24.24