concerts

Dub Inc

Ils tournent partout dans le monde depuis de nombreuses années, jouent régulièrement devant des dizaines de milliers de spectateurs, enflamment les scènes des plus grands festivals européens et français, déchainent le public sud-américain comme celui du continent indien.

Leurs clips font des centaines de milliers de vue en quelques jours et ils sont suivis sur les réseaux sociaux par plus de quatre cent mille supporters sans qu’aucun media grand public ne parle d’eux. Les stéphanois du groupe Dub inc n’ont jamais cherché une exposition particulièrement mainstream, ils ont suivi leur voix et ont construit leur discographie avec passion, sérieux et talent. Voilà peut-être pourquoi ils sont depuis près de dix ans les meilleurs ambassadeurs du reggae français aux quatre coins de la planète.

Indépendant depuis 1998, Dub inc est en revanche totalement plébiscité par le milieu reggae. Le groupe a remporté pas moins de trois Victoires du Reggae (en 2014 pour l’album « Paradise », en 2011 avec « Hors Contrôle » et en « 2008 » avec « Afrikya ») et revient en 2016 avec un sixième album, « So What », qui va faire date à n’en pas douter. Totalement autoproduit, comme c’est leur habitude et leur volonté, ce quatorze titres est le fruit d’un long travail de composition et d’écriture qui s’est nourrit de l’actualité sombre qui frappe notamment la France depuis de longs mois. Savant mélange d’influences dancehall, hip-hop ou électronique, « So What » est un pur album reggae qui porte haut les valeurs de cette musique rebelle, spirituelle et universelle.

L’opus  aborde sans tabou des thématiques complexes comme le repli des peuples sur eux-mêmes, les angoisses des pays qui s’expriment par la peur et le rejet de l’autre ou l’adhésion à des thèses conspirationnistes n’ayant d’autres buts que de semer la confusion (« Triste Epoque », « So What »). L’album n’en perd pas pour autant une importante dose d’optimisme et d’appel à l’amour et de respect pour son prochain, quel qu’il soit. Fils d’immigrés ayant construit leur vie en France et leur ayant transmis les valeurs d’intégrité, de respect et de solidarité, les membres des Dub inc sont l’exemple-même que ce n’est qu’ensemble et uni qu’on arrive à accomplir de belles choses (« Exil », « No Matter Where You Come From »). Les thématiques sociales chères au groupe sont présentes (« Justice ») mais on retrouve également dans « So What » des morceaux plus légers, comme « Grand Périple », qui viennent ponctuer l’opus d’un certain optimisme. « Love is the Meaning » apporte ainsi une touche plus douce à l’album, « Fêlés » rend hommage au public du groupe et « Ragga Bizness » traite avec humour des affres du milieu musical. A côté de ces prises de risques, certains morceaux plus typiques de la formation viennent rappeler les débuts du groupe (« Exil », « Comme de l’or »).

La ligne directrice de l’album est sans conteste de conserver l’identité du groupe, tout en la modernisant par moment en l’emmenant naturellement jouer avec la mouvance new rub a dub apparue ces dernières années. Des vibrations électroniques, quelques envolées dubstep et un soupçon de hip hop, telle est la manière avec laquelle Dub inc arrive à se renouveler, à surprendre un public d’activistes toujours plus important et déjà au rendez-vous. Il n’existe pas en effet d’intermédiaire entre Dub inc et son public. Celui-ci s’est transformé en une armée de supporters qui diffuse le message de son groupe préféré. Le mouvement Dub inc, c’est directement du producteur musical au consommateur militant, du pur Do It Yourself en mode reggae français.

 

Pour cette nouvelle aventure musicale, Komlan et Bouchkour s’entendent comme au premier jour et leur complémentarité est un atout considérable qui les fait vocalement sortir du lot à chaque fois. Le couple basse-batterie de Zigo et de Moritz est plus complice que jamais et porte un Jérémie Grégeois toujours autant à son aise avec sa guitare. Idir et Fred les deux claviers rivalisent de talent pour assurer à l’album une dimension mélodique remarquable. Côté invités, les Dub inc ont choisi de partager le micro avec la relève du reggae plutôt qu’avec des artistes jamaïcains établis comme il leur aurait été facile de le faire. On prend ainsi plaisir à écouter les jumeaux italiens Mellow Mood et le jeune prodige français Naâman sur des instrumentales produites par le combo stéphanois.

Entre projection constructive vers l’avenir et constat implacable pour le présent, les paroles conscientes du groupe sont servies à chaque morceau par des compositions savamment orchestrées prouvant ainsi, s’il le fallait encore, les qualités de production du groupe.

Le public reggae attendait Dub inc au tournant après cinq albums couronnés de succès. « So What » transforme l’essai et les installe pour longtemps dans le paysage musical français.

Publié le 24/08/2017


Mots clés : Mmx