concerts

Boum mon boeuf

Boum mon boeuf (2018)
Depuis 2007, le guitariste compositeur brésilien et la chanteuse auteur mandoliniste corso-provençale arpentent et inventent leur territoire musical, sur les traces de l’aixois Darius Milhaud, et dans la droite lignée de Claude Nougaro.

 

Cela donne des forrós originaux en français, ou des choros métissés de Provence, Interprètes virtuoses du chorinho, riches des traditions instrumentales du Nordeste du Brésil où ils ont vécu et beaucoup appris, Claire et Cristiano inventent et partagent une musique qui n’est qu’à eux, et qui bouscule les frontières entre musique populaire et musique érudite.

 

Ce concert-conté suit le fil d’une drôle d’histoire bovine. Bien serrée, la pelote de notre histoire noue son intrigue dans l’expression de la langue française « faire le bœuf ». Quelle étrange façon de désigner ces réunions musicales informelles ! Vous êtes-vous déjà posé la question de l’origine de cette curieuse expression ? De fil en aiguille la musique et l’histoire vont nous emmener au Brésil, et jusqu’aux folklores nordestins du Bœuf Souverain (Boi Soberano) et du Boum mon Bœuf (Bumba meu Boi).

C’est que… Je vous le dis à vous parce que je vous aime bien, mais n’allez pas le crier sur tous les toits : aujourd’hui on dit « faire le bœuf ». Mais avant on disait « aller au bœuf !». Avant, c’est à dire dans les années 1920, « au bœuf » était un raccourci pour dire « au bistro Le Bœuf sur le toit », où tous les artistes de l’époque se retrouvaient… pour jouer, écouter, se voir et se dire les derniers potins. Picasso, Cocteau, Rubinstein, Mistinguett, mais aussi Darius Milhaud, Poulenc, et bien d’autres, étaient des assidus du lieu.

 

Voilà une excellente occasion pour vous jouer un peu de Milhaud, et quelques-uns des fameux choros brésiliens qui ont inspiré son œuvre Le Bœuf Sur le Toit. Et puis, pourquoi ne pas vous jouer la samba de carnaval de 1917 de Zé Boiadeiro O boi no telhado dont Milhaud avait simplement traduit et emprunté le titre pour son propre « Bœuf sur le Toit » ? Mais à la fin, que faisait-il sur le toit, ce bœuf ?

 

CLAIRE LUZI, mandoline & voix : Claire a étudié le piano classique au Conservatoire d’Aix-en-Provence, en même temps que la mandoline populaire corse avec son grand-oncle Charles Luzi. Elle a exploré différents chemins artistiques tels que musicienne intervenante (DUMI), chef de chœur, chanteuse et auteur. Claire a également joué avec l’Opéra National de Montpellier et a participé au Projet Global Mandoline Orchestra. En 2004 elle se découvre une passion pour les syncopes brésiliennes, passion qui l’amène droit à Rio pour perfectionner son jeu. Elle y étudie avec Pedro Amorim à l’Escola Portátil de Música de Rio de Janeiro, avec Marco César à Recife. Aujourd’hui chanteuse autant qu’instrumentiste, elle joue à la mandoline un chorinho méditerranéen virtuose.

 

CRISTIANO NASCIMENTO, guitare 7 cordes & trombone : Cristiano est un guitariste carioca 7 cordes, compositeur et arrangeur inspiré. Sa musique est nourrie de choro, de samba, de forró, mais aussi du candomblé et des sons du compositeur et multi-instrumentiste Hermeto Pascoal. Formé à la prestigieuse école Villa Lobos, c’est de roda de samba en roda de choro que Cristiano a forgé le son de sa guitare et sa personnalité musicale. De 1999 à 2004, il intègre l’Itiberê Orquestra Família. Dès 2003, son don pour la composition est révélé. Ses œuvres sont aujourd’hui éditées aux Editions d’Oz. Cristiano compose et fait des arrangements pour de nombreux artistes. Il a accompagné des étoiles de la chanson brésilienne comme Dona Ivone Lara, Wilson Moreira, Teca Calazans, Fabiana Cozza, Hermeto Pascoal, Armandinho…

 

Spectacle chanté, joué et conté, durée : 45 minutes – création 2017/2018 – instruments : voix, mandoline, guitare 7 cordes, trombone, mélodica, viola nordestine, percussions. direction.artistique@laroda.fr. Gratuit sur réservation, nombre de places limité, tout public à partir de 4ans avec l’association La Roda

Publié le 01/02/2018


Mots clés :